Les Larmes Du Soleil

Le lieu de rencontre de la guilde des Larmes Du Soleil
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Hammett - Troubadour Aventurier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hammett
Larme Brillante


Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 7 Oct - 18:24

Hammett - Troubadour Aventurier
======== Chroniques ========

Introduction



Bonjour ami lecteur,

Je me nomme Hammett.

Je suis troubadour, voilà un beau métier.
Plus que ça même, je suis troubadour aventurier.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de moi ? Non ? Ah.... vous ne devez pas sortir beaucoup alors, ou bien peut être n'avez-vous pas beaucoup de culture. Enfin bref. Tout ça va changer.

C'est que voyez-vous certaines choses récemment me donnent à penser que ma réputation très vite va me précéder et c'est la raison pour laquelle je commence ce journal, si je puis dire, cette biographie en quelque sorte, même si je n'en respecterais pas les standards habituels.

Voyez-vous on n'est jamais si bien servis que par soi-même et je ne laisserais à personne d'autre que moi le soin de raconter mes aventures d'une part, de diffuser mes écrits d'autre part car, vous l'ai-je dit ? je suis aussi poète. Ayant intégré dernièrement une compagnie à la réputation certaine, connue et reconnue un peu partout sur Norrath, je pense que ma propre réputation va de ce fait s'en trouver décuplée jusqu'à, certainement, dépasser même celle de mes nouveaux compagnons, les Larmes du Soleil. Mais chuuuutt... je ne voudrais pas paraître prétentieux.

Enfin bref, me voilà donc à l'aube d'une aventure palpitante puisqu'il s'agit de la rédaction de l'histoire de ma vie. Ne me reste plus qu'à espérer que vous la trouverez aussi plaisante à lire que je la trouve plaisante à écrire, mais pour ça je ne me fais pas trop de souci.
Je ne doute pas en effet que ceux parmi vous qui ont du goût trouveront cela passionnant.

Cette grande aventure a commencé il y a des années dans un hameau perdu dont le nom n'a aucune importance, et encore moins maintenant que j'en suis parti, et dont le seul véritable intérêt est de m'avoir vu naître.

J'y suis donc né, rejeton unique d'une famille jusque là normale.

Mon père, en bon gnome, était fabricant de bidules. C'était aussi le cas de son père, de son grand-père, du père de celui-ci, et ainsi de suite... En clair dans la famille nous étions fabricants de bidules de génération en génération et cela depuis il y a très très très longtemps et jusqu'à dans très très très longtemps.
Pour l'anecdote c'est d'ailleurs mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-oncle qui le premier a trouvé le moyen de fabriquer les bidules-qui-font-klong sans utiliser de ressort à klonguer et cela alors même qu'il était bien moins doué que mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père. Edifiant non ? Mais bon, je m'égare...

Mon père donc fabriquait des bidules et sa réputation n'était plus à faire. Bien que nous habitions à l'époque fort loin des faubourgs de Queynos, sa renommée était arrivée jusqu'à Babbiole-Le-Comte où son nom pesait son poids parmi la communauté gnome.

Vous ai-je dit que je suis gnome ? Non ? Et bien je le suis ! Mais ne soyez pas jaloux... dites vous que tout le monde ne peut pas être gnome et que vous avez probablement d'autres qualités, même si on est en droit de se demander lesquelles. Mais bon, voilà que de nouveau je m'égare... Assez de digressions.

Mon père donc, en bon gnome, était fabricant de bidules. Il était doué, ça oui. Il fabriquait des bidules de toute sorte et de tous prix, pour toute personne et pour tous usages et même, parfois, il se laissait aller à fabriquer un truc voire même un machin.

Ma mère, elle, s'acquittait avec entrain de sa tâche qui consistait à décharger au maximum mon père de tout ce qui n'entrait pas dans le cadre de la fabrication de bidules.

Quant à moi... j'étais choyé, adoré, couvé, protégé, aimé... en un mot : étouffé, mais, surtout, j'étais prédestiné ! Et oui, prédestiné à devenir à mon tour fabricant de bidules et à perpétuer ainsi la grande et belle tradition familiale.
Sauf que !!!

Sauf que très vite mon destin de gnome, je parle de celui qu'on me réservait, me parut inapproprié. C'est que voyez-vous j'avais déjà le goût, l'envie, je dirais même le besoin, de l'écriture.

Mon père me parlait de bidules ? Je pensais virgules.
Il me parlait d'engrenages ? Je voyais des phrases sur des pages.
Il m'expliquait les vis, les écrous... je voyais des mots bout à bout.
Et quand il m'enseignait les ressorts... voyez-vous.... la poésie... j'y pensais encore.

De telle sorte qu'avec le temps et devant mon manque d'intérêt mon père, peu à peu, me prit pour un fainéant.

- Le problème fiston, c'est que tu as un poil dans la main me disait-il.
- Pas un poil père, une plume...
- Hein ? Que dis-tu ?
- Je disais laissez-moi faire, je m'occupe de l'enclume.
- Ah, d'accord mais fais attention.

Mais bon, c'était mon père, je n'avais pas le coeur à le décevoir.
Tiraillé entre mes envies et mon devoir je l'aidais dès le saut du lit mais je pensais poèmes jusqu'au soir. Je m'y mettais dès le matin, il y avait toujours un fer à tordre, une pièce à forger. J'assistais mon père avec entrain mais je travaillais mes rimes en pensées. Mon père fabriquait des bidules, je méditais des quatrains. Il forgeait une clé à oeil ridicule, je forgeais un alexandrin....

Et voilà comment passait le temps.
J'aurais pu sans doute me laisser aller ainsi au gré des jours, jusqu'à oublier mes envies, et devenir fabricant de bidules à mon tour et passer ainsi le restant de ma vie. Mais il faut croire que mon destin n'était peut-être pas celui que mes parents m'avaient choisi.

Car un jour.....






( à suivre )


Dernière édition par Hammett le Lun 13 Oct - 5:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ukronia
Larme en goguette [Admin]
avatar

Nombre de messages : 9403
Age : 45
Localisation : Qeynos Sud
Date d'inscription : 06/11/2005

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 7 Oct - 19:37

*veut la suite*

_________________
Eqii : Ukronia, Maitre Ebeniste et Druidesse kerrane
Amakiir, Maitre Bijoutiere et Elfette de Rock
Et d'autres : Fenyx, Lunac, Lazuli, Senheor et Ambree

Rift : Fenyx guerriere

Maman a plein temps des deux jolies minettes Stella et Léonie.
"C'est l'histoire d'une étoile et d'un Lion"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larmesdusoleil.superforum.fr
Lysdor
La blondinette
avatar

Nombre de messages : 8564
Age : 22
Localisation : Qeynos
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 7 Oct - 20:03

hihi intéressante biographie^^

_________________
People who think they know everything are a great annoyance to those of us who do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hammett
Larme Brillante


Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 13 Oct - 5:42

Révélation




And the road becomes my bride
I have stripped of all but pride
So in her I do confide
And she keeps me satisfied
Gives me all I need
(*)






Ce matin-là je m'étais levé tôt, dès le début du jour.
Mon père m'avait en effet confié une tâche importante. Un notable du village lui avait passé commande d'un zigouigoui horizontal à ailettes bleutées, ce qui pour un bidule constitue carrément le haut du panier.
Donc, afin d'honorer cette importante commande, mon père avait besoin que j'aille au village voisin lui chercher une boite d'étincelles éteintes et ainsi je me trouvais dès le petit matin à battre la terre du chemin...
Je marchais d'un bon pas, le soleil commençait à monter gentiment dans le ciel et, à mesure que ses rayons me réchauffaient, mes neurones de plus en plus s'activaient... Je composais en pensée, me nourrissant de ce que mes yeux voyaient... Ici un tilleul... là un cyprès... à droite un écureuil... à gauche l'envol d'un geai...
A mesure que les mots s'enchaînaient et se déplaçaient dans ma tête, je murmurais à mi-voix les couplets, pour en ressentir l'effet.

Absorbé que j'étais je ne me suis pas rendu compte que des individus se tenaient sur le bord du chemin, un peu plus loin. Il n'y avait pas matière à s'en inquiéter car en règle générale nos routes sont sûres.... il convient juste de ne pas trop s'en éloigner. Cependant j'eus quand même un léger mouvement de retenue en les voyant. Me rendant compte qu'eux aussi m'avaient vu je me décidais à aller vers eux.

Ils étaient trois. Des humains.

- Et bien, salut ami gnome, où te rends-tu donc d'un pas si alerte ? Me demanda l'un d'eux.
- Faut-il que ses pas soient décidés pour parcourir ces routes avec d'aussi petites jambes ajouta le second.

Et tous les trois éclatèrent de rire. Je n'ai pas pour habitude de chercher les ennuis et, sans être lâche toutefois, j'aurais même plutôt tendance à les éviter. Je commençais donc, sans même répondre, à partir.

- Eh... attends !! Me lança l'un des trois. Ne prends pas la mouche.
- Ah ah ah, tout doux l'ami... ne crains rien... nous sommes moqueurs, sans doute, mais nous ne sommes pas méchants renchérit le second.
- Alors me demanda le troisième quelle est la raison de ta présence ici ?

Je les étudiais en silence quelques instants et je décidais qu'en effet ils ne semblaient pas dangereux.

- Je vais faire une course pour mon père au village voisin. Je suis donc un peu pressé.
- Ah, vraiment ? Et comment t'appelles-tu ?
- Je me nomme Hammett.
- Et bien Hammett, enchanté ! Je suis Hetfield, là tu as Burton et le bavard là c'est Ulrich.
- Euh... enchanté... et que faites-vous par ici ?
- Et bien disons qu'ici ou ailleurs.... quelle importance ? On va où nos pas nous portent.
- Voilà, nous laissons faire la route en quelque sorte....
surenchérit Ulrich mais dis-nous... on t'a entendu marmonner en arrivant...
- Ah oui, on aurait dit des vers
ajouta Burton tu récitais des vers n'est-ce pas ?

Voilà une question qui, je ne vous le cache pas, attisa mon éloquence. Ainsi donc ils s'intéressaient à mes vers ?

- En effet répondis-je, non sans fierté, c'est que... voyez-vous... je suis poète !
- Voilà un curieux hasard, nous sommes nous mêmes un peu poètes.
- Vrai... vraiment ?
- Et bien, si je te le dis ! Nous ne sommes d'ailleurs pas que poètes au sens strict du terme mais même un peu plus que cela.
- Ah.. Ah bon ?


Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il voulait dire. Un peu plus que poète ?

- Nous sommes des troubadours
me dit Burton avec fierté.
- Des troubadours ?
- Oui
répondit Hetfield vois-tu... j'écris de la poésie, Burton et Ulrich composent de la musique et au final nous unissons le tout.
- Ah, et donc c'est être troubadour ça ?
- C'est être poète, c'est être musicien, c'est être troubadour !! Oui mais surtout c'est être libre.
- Ah euh... d'acc... d'accord, ça a l'air bien
bredouillais-je

Ils durent se rendre compte de mon étonnement. Ils avaient de vieux sacs de toile poussiéreux cachés derrière un tas de cailloux. Ils en sortirent des instruments. Burton et Hetfield attrapèrent chacun un instrument à cordes, Ulrich posa deux petits tambours à ses pieds et s'assit.

- Un exemple... voilà ce qu'il te faut pour bien comprendre notre philosophie.
- Mais c'est que... je suis quelque peu pressé comme je vous l'ai dit.
- Oui mais cela ne prendra que quelques instants. Et puis...


Petit silence.

- Et puis
? demandais-je
- Et puis.... cela fait longtemps que nous n'avons pas joué pour quelqu'un.
- Oui, s'il te plaît Hammett... accorde nous ton attention quelques instants.
- Bon et bien d'accord.


Et ainsi ils commencèrent leur représentation. Le premier à se lancer fut Burton, pour quelques notes de musique en solo, puis Ulrich se lança et les tambours donnèrent un rythme régulier. Enfin Hetfield à son tour commença à gratter ses cordes et le tout réuni était ma foi pas désagréable à entendre mais ce n'était pas encore complet.... Hetfield commença en effet à chanter.

.....et la route devient ma compagne
je suis dépouillé de tout sauf de mon orgueil
Ainsi à elle je peux me confier
Elle qui me satisfait pleinement
Et me donne tout ce dont j'ai besoin...(*)

Les notes de musique s'enchaînaient. Je n'avais jamais vu une telle utilisation de ces instruments. La voix d'Hetfield montait dans le petit vent du matin et celui-ci portait loin ses paroles.

...et la terre devient mon trône
Je m'adapte à l'inconnu
J'ai grandi sous des étoiles errantes
Solitaire mais pas tout seul
Je ne demande rien à personne(*)

Pour le coup j'étais subjugué.

Mais je prendrais mon temps, n'importe où
Libre de m'exprimer, n'importe où
Et je me moque de tout, n'importe où(*)

Et alors que la voix d'Hetfield s'éteignait les instruments eux-mêmes se taisaient me laissant abasourdi quelques instants. Ils ne dirent rien tout de suite, ils semblaient pendus à mes lèvres, anxieux de ce que j'avais à en dire. Mais je ne disais rien.

- Alors ? se risqua Hetfield
- Oui, alors ? as-tu aimé ?
- Hein ? euh... oui.. oui. C'était très bien...


Et ça l'était en effet. Je dois dire que j'en étais très étonné et très touché à la fois. Ils durent sentir mon trouble.

- Vois-tu Hammett, ainsi accompagnée de musique la poésie n'en est que plus forte.
- D'ailleurs
, ajouta Burton on va de la sorte au-delà même de la poésie.
- Au delà de la poésie ? C'est à dire ?
- On se situe sur un autre plan d'une certaine manière....
- Ah... euh... d'accord, je vois


Mais en fait je ne voyais pas du tout.
Bon, je connaissais la poésie, ça c'est sûr. Vous ai-je dit que je suis poète ? Oui ? Ah, d'accord !
Je connaissais aussi la musique. Il y avait dans mon village un ancien qui possédait un instrument à cordes. Enfin... dans le temps c'était un instrument à cordeS, aujourd'hui ce n'est plus qu'un instrument à une corde. Cet ancien, donc, avait l'habitude autrefois de jouer de son instrument le soir, à la veillée... Mais c'est vrai qu'il y avait là, chez ces trois humains, quelque chose de différent, un ingrédient en plus en quelque sorte. Je n'arrivais simplement pas à saisir ce que c'était.

- Il n'a pas l'air super emballé dit Hetfield
- Il n'est peut-être pas aussi dégourdi qu'on le pensait ajouta Ulrich
- Mais si voyons dit Burton il analyse là, c'est tout... il récupère !

Et c'était vrai, en quelque sorte.
J'étais troublé... plus que ça même... intéressé...

- Troubadours dites-vous...
- Oui !! Troubadours. Nous composons et chantons.
- Et nous voyageons aussi, nous parcourons le vaste monde.


Et bizarrement cette perspective là aussi me parut séduisante.

- Mais ce n'est pas ça le plus important ajouta Ulrich.
- Ah non ?
- Et non, le plus important vois-tu c'est ce que nous faisons aux gens....
- Ohhh... oui... je vois
répondis-je

Mais en réalité je ne voyais pas du tout. J'étais, comme je vous l'ai déjà dit, subjugué par leur manière de faire chanter les mots. Je veux dire.... quand Hetfield chantait c'étaient les mots eux-mêmes qui chantaient et la musique qu'ils jouaient les faisait danser aussi.... c'était une sensation étrange que d'imaginer cela.
J'aimais faire sonner les mots, les ordonner, les associer, les utiliser dans l'écrin qui selon moi leur convenait le mieux mais ces humains là....

- Je savais que tu comprendrais reprit-il car c'est ça qui importe le plus.
- En tous cas c'est ce qui nous importe le plus à nous dit Burton.
- Je comprends ce dont vous parlez ajoutais-je en espérant qu'ils me croiraient ...mais j'aimerais quand même vous l'entendre dire de vive voix.

Ils me dévisagèrent sans mot dire.

- Oui, oui, bien sûr.... c'est à dire que nous touchons les gens.
- Ah oui, vous les touchez...
- Voilà, nous les touchons !! Mieux même, nous touchons leur âme.
- C'est ce que peuvent faire les mots, tu es poète donc tu le sais.....
- Oui, je le sais
répondis-je presque sans m'en rendre compte
- .... et c'est aussi ce que peut faire la musique donc imagine un peu les deux....
- Les deux ?
- Oui.... imagine le pouvoir des mots et de la musique associés... non seulement tu touches les gens mais...
- Mais....
- Mais tu contribues à l'élévation de leur âme....


Et c'est cette dernière affirmation qui sans doute me toucha le plus. Nous sommes restés à parler encore un long moment. J'y serais bien resté toute la journée du reste mais hélas j'avais une tâche à accomplir.

A contrecoeur je pris congé de mes nouveaux amis qui eux-mêmes se remirent en chemin vers où leurs pas les mèneraient. Tout au long de mon périple et de la journée je pensais aux évènements du matin et bien que je n'en sois pas vraiment conscient à ce moment là, la graine que ces humains avaient plantée commençait déjà à germer dans mon esprit.

Ce fut sans doute là un événement clé, un acte fondateur de ma vie.... Après ça rien ne serait plus comme avant et, au grand désespoir de mes parents, mon destin avait définitivement changé de voie.

Il ne se passa que quelques semaines avant que ma décision fut prise. Il me fallut encore quelques jours pour trouver le courage d'en informer mes parents. Ce ne fut pas facile.... Néanmoins le moment était venu, je ne pouvais plus reculer.

J'étais prêt.




(à suivre)



(*)Wherever I May Roam - Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysdor
La blondinette
avatar

Nombre de messages : 8564
Age : 22
Localisation : Qeynos
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 13 Oct - 8:30

Miam!
Très joliment écris, j'ai vraiment eue peur qu'il t'arrive quelque chose :p
Une bien belle éloge des troubadours Very Happy

_________________
People who think they know everything are a great annoyance to those of us who do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eoghan
Poète des Larmes
avatar

Nombre de messages : 2228
Age : 45
Localisation : hameau de vue du castel
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 13 Oct - 9:04

La suite!! La suite!!! Wink

_________________

Eoghan: invocateur 90, Pupuce: Pet 90, Aetherios: SK 90
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hammett
Larme Brillante


Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 20 Oct - 21:28

Et ainsi donc un matin je me mis en chemin, avant le lever du jour.

Au fur et à mesure que mes pas m'éloignaient de chez moi, de ma famille, de mon village, de ma campagne, de mon ancienne vie, je me préparais en silence.
Je préparais mon esprit à s'ouvrir à de nouvelles expériences, je préparais mes yeux à se poser sur de nouveaux paysages, je préparais tout mon être à entamer une nouvelle vie au sein d'un nouvel environnement.
Je m'étais fixé comme seule limite le bout du monde, autant dire que j'avais de la marge. Je m'étais aussi imposé un certain nombre de règles, qui étaient de découvrir un maximum de nouvelles contrées, donc, mais aussi de rencontrer pléthore de nouvelles gens, de races inconnues, et d'embrasser autant que faire se peut les us et coutumes de ces communautés. Car j'étais à ce moment-là, à l'aube de cette nouvelle vie, affamé de découvertes...
Je marchais avec entrain, pendant de longues heures, qui devinrent des jours, et il en fallut quelques uns avant qu'enfin je dépasse les limites que jamais je n'avais franchies auparavant. Je ne saurais encore aujourd'hui décrire la force des sentiments qui à ce moment là m'assaillirent.
Je dirais simplement que, comme une digue qui explosait, quelque chose en moi se rompit, laissant un pot-pourri de sensations me bouleverser.... De la joie... beaucoup. Un sentiment d'accomplissement.... déjà !! De la peur aussi... pourquoi le nier ? Mais de l'excitation surtout. Une excitation de tous mes sens, de tout mon être. La certitude aussi que le pas de plus que je m'apprêtais à faire bouleverserait toute ma vie définitivement.

Et ce pas je le fis, me mettant ainsi en route vers mes premières aventures et vers mes premières rencontres avec des personnages parfois émouvants, parfois drôles, voire même loufoques, mais, toujours, intéressants.





Première rencontre
ou
Hautain nain qu'emportent les vents....




Le nain, armé d'une scie, se tenait assis sur une des plus hautes branches de l'arbre. En bas, sur sa monture, il y avait un humain qui semblait s'entretenir avec lui.
D'un pas décidé je m'avançais vers eux, afin de me présenter, et, ce faisant, je pus entendre leur conversation.

- … car là tu y vas tout droit disait l'humain.
- Mais foutredieu, ne me laisseras-tu donc pas en paix ? répondit le nain.
- A ta guise l'ami. Mais tu ne diras pas que je ne t'ai pas prévenu.

Tout à leur conversation aucun des deux ne m'avait vu arriver.

- Hum hum... bon... bonjour à vous... désolé de vous interrompre me risquais-je
- Oh, bonjour jeune gnome. En voilà un qui arrive fort à propos.
- Aaahh ?
- Quel est ton nom l'ami ?
- Hammett
- Et bien Hammett, vois-tu ce maître nain là-haut
?

Le nain laissa alors s'échapper une flatulence rauque et grave.

- Euhh... oui.... je le vois répondis-je en tournant mes yeux vers le nain, qui n'avait toujours pas répondu à mon salut et qui se versait de généreuses rasades d'une outre qu'il portait en bandoulière.
- Et bien, vois-tu, j'essaye de lui faire comprendre que dans pas longtemps il va chuter de son arbre et s'écraser au sol comme un fruit trop mûr.
- Ha ha ha... quel imbécile. A-t-on déjà vu homme plus idiot ?? Apprendre à un nain à faire son travail... ha ha ha. Et le rire gras du nain s'éteignit dans un hoquet.
- Tu vois ? Me demanda l'humain. Et pourtant observe-le bien... tu comprendras. Pour ma part je renonce.

Et sur ces paroles il fit faire demi-tour à sa monture et commença à s'éloigner. Je levais de nouveau mes yeux vers le nain et il ne me fallut que quelques secondes pour me rendre compte de la situation. C'est que ce nain bûcheron s'apprêtait à scier la branche sur laquelle il était assis mais entre lui et le tronc !!!

- C'est ça, bon vent dit le nain accompagnant ses paroles d'un pet foireux, justement, puis éclatant de rire Ha ha ha....
- Euuuhh... c'est qu'il n'a pas vraiment tort dis-je au nain.
- Allons donc... * rot alcoolisé * … voilà que la demi-portion aussi s'y met. Mais sainte merde n'allez vous donc pas me la foutre ?

Je ne suis pas spécialement susceptible, enfin, pour un gnome j'entends, mais là... me faire traiter de demi-portion... par un nain qui plus est !!! Je décidais séance tenante que ce vil pétomane buveur méritait une leçon. Sans mot dire je m'assis à quelques pas de l'arbre, de telle manière que sans efforts je pouvais embrasser toute la scène du regard. De toute façon ce ne serait pas long.

Et ce ne le fut pas.
Le nain se remit à l'ouvrage avec entrain, il ne lui fallut que quelques minutes pour parvenir à ses fins. Avant même d'être complètement sciée la branche sur laquelle il était assis cassa sous son poids et voilà notre ami nain qui chute, et, dans un cri entrecoupé de « Ouille » de « Aie » de « Aieouille » et de « Ouilleaie » rebondit de branche en branche jusqu'à s'écraser ventre au sol dans un bruit sourd.
Je ne m'attendais quand même pas à une chute d'une telle sévérité, donc je me précipitais aussitôt vers lui, mais il faut croire que les nains, à défaut d'avoir la tête bien pleine, l'ont bien dure. Et celui-là l'avait !! Déjà il se redressait sur ses genoux et, alors que je m'apprêtais à l'aider, il laissa échapper un chuintement dont la discrétion sonore n'égalait que la puissance odorifère.

- Ah ah ah repartit-il dans un rire gras au moins je n'ai pas la tuyauterie endommagée ha ha ha...
- Et bien, grands Dieux, tu peux t'estimer heureux de t'en sortir à si bon compte.
- Oh la la... mais tu as vu
? Me demanda-t-il tu as vu ? Et il était tout excité.
- Ah ça oui, j'ai vu, sacrée chute
- Mais non... mais tu comprends donc pas ? Oh la la mais il faut le rattraper
- Hein ? Qui ça ? Je ne comprends rien.


Et à vrai dire, bien qu'il ne paraisse pas spécialement endommagé, je commençais à me demander si la chute ne lui avait pas fêlé le crâne.

- L'homme !!! Vers où est-il allé ?
- Et bien par là
lui répondis-je en indiquant une direction.
- Alors en route !! Allons-y
- Allons-y
? M'indignais-je mais je ne vais nulle part moi... et pourquoi d'abord ?
- Mais foutredieu.... tu n'as pas entendu ?
- Entendu quoi ?
- L'homme !! L'humain, bordel de merde.... il voit l'avenir !!!
- Hein
?!?
- Il avait tout vu... il avait tout prédit et je ne l'ai pas écouté. Viens, il faut le rattraper.
- Le rattraper ? Mais enfin... pourquoi faire
??

Le nain ne me répondit pas, sans doute ne m'entendait-il plus. Focalisé qu'il était sur l'homme il partit au pas de course et, allez savoir pourquoi, je lui emboitais le pas. L'homme n'était pas pressé, il menait sa monture gentiment au pas et il ne fallut pas longtemps au nain, en dépit de ses petites jambes, et des miennes, pour le rattraper...

- Et bien le nain, je ne pensais pas te voir de si tôt
- Fffff ffdis-moi.. fff ff fff mon ffam.. fffiii
- Houla houla... reprends d'abord ton souffle, je ne comprend rien à ce que tu dis
.

Il lui fallut quelques secondes pour récupérer, puis, d'une voix à nouveau intelligible :

- Dis-moi mon ami... je suis désolé de ne pas t'avoir écouté mais.... il paraissait gêné ...tu comprends, je ne pouvais pas deviner pour ton don.
- Mon... mon don ?
- Ben oui... tu sais.... ton don.... rapport à tout à l'heure


L'homme m'adressa un regard plein d'interrogations. Je haussais les épaules en signe d'incompréhension puis lui dis :

- Tu sais, la chute lui a peut-être fendu l'intérieur du crâne à défaut de fendre l'extérieur.
- Il semblerait en effet
me répondit-il dans un sourire
- Ne croyez pas me la faire nous dit le nain en nous pointant d'un doigt boudiné.
- Oh, nous ne nous y risquerions pas s'amusa l'homme.
- Bien, alors voilà....

Et avant de poursuivre sa requête, comme pour bien prendre son élan, le nain nous gratifia d'un concerto pour anus majeur avec nuances en alto, contre-alto et baryton.

- … hé hé...je me disais que peut-être tu pourrais me dire... euh... enfin...
- te dire quoi ?
- Et bien, étant donné ton don, tu pourrais peut-être me prédire mon avenir ?
- Oooohhhh... ce n'est que ça
?

L'homme m'adressa un regard amusé. Je crus comprendre ses intentions.

- Oui... ça m'intéresserait de savoir... et bien...
- Que voudrais-tu savoir ? Tu as droit à une prédiction... une seule !!
- Une seule ?
- Et bien , n'est-ce pas assez ? Je crois me souvenir t'en avoir déjà accordé une sans que tu t'en soucie.
- Bon... et bien... voilà... je souhaiterais savoir, puisque je n'ai droit qu'à une demande, quand je vais mourir!!
- Rien que ça ? Dis donc, tu tapes direct dans le haut de gamme là question prémonition
...
- Oui mon ami... une demande haut de gamme pour un visionnaire haut de gamme...
- Ha ha ha... tu sais manier la flatterie à ce que je vois... bon... je vais accéder à ta requête mais....
- Mais ?
- Mais es-tu sûr de vraiment vouloir le savoir ?
- Oui.. oh oui... c'est que comme ça... peut-être que je pourrais m'y préparer
.

L'homme me jeta de nouveau un regard, je pus voir briller la malice dans ses yeux.

- Bon et bien ami nain, tu mourras lorsque tu auras pété trois fois.
- Hein ? Quoi ? Pété trois fois.... ?
- C'est ce que j'ai vu.
- Et c'est sûr ? Pas de risque d'erreur ?
- Me suis-je trompé tout à l'heure quand j'ai prédit ta chute ?
- Non, non... en effet...
- Alors voilà... tu as voulu savoir, tu sais, je n'y peux rien si la réponse ne te plaît pas. Je ne décide pas du futur, je le devine, c'est tout.
- Oui... oui... je comprends... merci
dit-il d'une voix éteinte.

Notre nain semblait pour le moins inquiet. L'homme prétexta une affaire urgente pour prendre congé et nous quitta en me lançant discrètement un ultime clin d'oeil.

- Hé... quel est ton nom lui lançais-je.
- Angus me cria-t-il en retour en me faisant un signe de la main.

Je laissais au nain quelques minutes de répit. Il avait le regard perdu dans le vague, je l'attrapais par le bras et nous reprîmes en marchant la route sur laquelle nous avions couru un peu plus tôt.
Je m'enquis de sa maison, je l'y conduisis et, me disant qu'une fois le choc passé il reprendrait le dessus, je le laissais là et je repris moi aussi mon chemin.

Ce n'est que bien plus tard que j'appris, par ouï-dire, la conclusion de cette histoire. Le nain lutta pendant des jours pour réprimer l'envie qui le tiraillait de lâcher une flatulence. Il lutta en vain bien sûr, on ne peut aller contre ces besoins-là. Lorsque ses intestins enfin gagnèrent cet âpre combat le nain dut se résoudre à d'autres méthodes. Il entreprit d'utiliser un bouchon en liège... hum... bon je ne vous fait pas un dessin... Si ? Désolé, je suis nul en dessin.
Cela retarda un peu l'inévitable échéance mais vînt le moment où, là encore, la nature gargouillante des choses étant ce qu'elle est, le vent infamant parvînt à expulser l'obstacle.
Se sachant condamné à la prochaine incartade, notre nain décida de pousser plus loin le bouchon, si je puis dire. Et même si je ne le peux pas, je le dis quand même car, voyez-vous, j'ose tout.
Notre nain donc, décida d'une part d'utiliser un bouchon plus... imposant... et d'autre part de le maintenir bien en place à l'aide d'une ceinture spécialement conçue par lui-même. Là encore, et bien que la rétention ait duré plus longtemps que pour les deux premiers incidents, comment dire.... à un moment donné il faut que ça pète.
Le bouchon, expulsé avec violence, transperça le fond des braies et, véritable projectile, traversa la pièce et alla heurter avec force la base d'une haute commode qui se trouvait là. Ayant un pied cassé celle-ci commença à pencher vers l'avant. Le nain, s'étant retourné, se précipita aussitôt afin d'essayer d'empêcher la commode de verser. Malheureusement il avait oublié la présence, sur le dessus de ladite commode, d'un gros tonneau plein de bière qu'il avait mis là pour agrémenter quelque future riante soirée. Au moment même où il atteignit la commode et s'agrippa à elle le tonneau dégringola de tout en haut et vint se fracasser sur son crâne, l'assommant pour le compte et le jetant à terre. La commode à son tour, n'étant plus maintenue et entraînée aussi par le poids du tonneau termina de se coucher, écrasant sous son poids le nain et lui brisant la nuque.

Ainsi donc mourut ce pauvre nain, victime de la bière et de sa troisième flatulence.
Il m'arrive parfois, encore aujourd'hui, de ressentir une certaine culpabilité mais.... suis-je vraiment responsable ? Je suppose qu'il me faudra vivre avec ce sentiment, c'est là ma part de ténèbres dans cette triste histoire.

J'en retire quand même deux formes de morale. Tout d'abord il n'y a pas plus bête qu'un nain buveur de bière mais, surtout, et c'est par ça que je finirais ce récit :


« Rien ne sert de se retenir, il faut péter à point »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysdor
La blondinette
avatar

Nombre de messages : 8564
Age : 22
Localisation : Qeynos
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 20 Oct - 22:20

hihihi excellent :p

_________________
People who think they know everything are a great annoyance to those of us who do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eoghan
Poète des Larmes
avatar

Nombre de messages : 2228
Age : 45
Localisation : hameau de vue du castel
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 21 Oct - 7:45

Euh!! la suite????

_________________

Eoghan: invocateur 90, Pupuce: Pet 90, Aetherios: SK 90
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hammett
Larme Brillante


Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 21 Oct - 15:41

Eoghan a écrit:
Euh!! la suite????

Euh, désolé Eoghan, je n'ai pas vraiment compris le sens de ta question...



Je vous remercie de m'avoir lu, si vous avez aimé tant mieux et encore plus merci, si vous n'aimez pas n'hésitez pas à le dire, toute critique est bonne à prendre. Je n'ai aucune autre prétention que de me faire plaisir en écrivant ces histoires mais si d'autres y trouvent un peu d'amusement tant mieux.

Je ne conçois pas le background de mon bonzomme comme un récit chronologique, même si j'ai commencé de la sorte juste pour expliquer le pourquoi du comment. Dans mon esprit, les différentes histoires que je mettrais ici seront des souvenirs de mon gnome et ses souvenirs, comme les miens, les votres peut être, surgissent au gré des circonstances, pas forcément dans l'ordre chronologique réel... Donc voilà, ça me permet de m'affranchir de certaines contraintes liées justement à la chronologie.
Ceci répond peut être en partie à tes interrogations Eoghan ?

Je cesse ici ces maigres explications car je suis, ne l'oubliez pas, une entité qui peut-être n'existe pas. Et, si vous croisez Hammett, ne lui dites pas que je suis intervenu sur son livre.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eoghan
Poète des Larmes
avatar

Nombre de messages : 2228
Age : 45
Localisation : hameau de vue du castel
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Mar 21 Oct - 15:57

je demandais juste si il y avait une suite de suite!!

Nan parce que c'est tellement bien écrit !! alors je suis pressé d'avoir la suite!!!

*se met à genoux*

pitié!!!! Tu peux mettre une autre aventure du petit gnome!!
Euh!!.....je crois que je suis devenu naccro des récits de ton héros!!!


PS : en aucune facon je me permettrais de critiquer la moindre histoire ou nouvelle ce trouvant sur cette partie du forum !!
ne sachant pas écrire, mon terme "la suite??" signifiant mon imploration devant des récits palpitant que je ne sais faire!!

_________________

Eoghan: invocateur 90, Pupuce: Pet 90, Aetherios: SK 90
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hammett
Larme Brillante


Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Dim 9 Nov - 23:34

Peur du noir ?


Une chose à laquelle je n'avais pas pensé avant mon départ de chez mes parents : le confort.
Oui, le confort matériel, la sécurité d'un foyer, la quiétude d'une chambre, la douce chaleur d'un bon lit... Aujourd'hui je n'y attache plus grande importance mais à l'époque de mes premières aventures.... les premiers jours, les premières nuits plutôt, qui suivirent mon départ... J'y pense aujourd'hui avec nostalgie et amusement mais il n'en fut rien alors.

Arrivé au soir de ce premier jour, celui de mon départ donc, je me trouvais perdu en plein milieu de la campagne. Celle-ci n'avait rien d'hostile, notez-le bien, mais elle m'était inconnue et, à l'heure où les ombres s'allongeaient, cette simple idée me mettait mal à l'aise. C'est que voyez-vous je n'avais pas du tout envisagé l'épreuve qui m'attendait.... coucher dehors. Mais quel ignorant j'étais à l'époque : qu'avais-je prévu pour dormir ? Rien !
Lorsque le soleil enfin disparut à l'horizon je me trouvais enroulé sur moi-même, à même le sol terreux, sous l'abri tout relatif d'un énorme rocher au pied duquel une anfractuosité ne parvenait à m'abriter que parce que je suis gnome.
Je vous dirais bien qu'il me fallut longtemps pour trouver le sommeil mais la vérité c'est que cette nuit là je ne dormis pas du tout. La nature ne connaît pas le silence.
Et pour des oreilles neuves comme les miennes, aidées par une imagination débordante comme la mienne, les bruits nocturnes prennent tout de suite des proportions terrifiantes...
Le bruit des feuilles caressées par le vent...
Le vent nocturne lui même...
Le grincement des branches des arbres...
Les grattements des insectes...
Le hurlement d'un animal sauvage, au loin...
Tout ceci me parut effrayant cette première nuit... et même les suivantes.
Tout autant que les ombres d'ailleurs...
Car les nuits noires sont rares et ne sont d'ailleurs pas les plus inquiétantes. La nature aime en effet profiter de la lune pour jouer aux ombres chinoises. Pour le novice que j'étais alors, ces ombres lunaires qui courraient sur le sol accompagnées de bruits spectraux entrecoupés de faux silences ne firent que pousser mes craintes à leur paroxysme.
Heureusement ce n'est plus aujourd'hui qu'un souvenir dont je me moque avec plaisir. Le temps a passé, je me suis habitué à faire partie de ce monde de la nuit, à le comprendre, à l'apprécier et à en tirer une certaine forme d'inspiration...




Il arrive parfois quand le soleil se couche
Qu'un inquiétant voile de brume se lève
Autour des maisons qui abritent nos rêves
Et que du néant surgissent des hordes farouches

D'esprits sournois, hideux et malins
Qui se glissent dans les plis des ténèbres
Au son rugueux de leurs plaintes funèbres
Annonciatrices de tourments sans fin.

Ils vont ainsi par monts et par vaux
Semant derrière eux cruauté et haine
Espérant ravir quelque vie humaine
Afin de servir leurs noirs idéaux.

Et si par hasard et pour son malheur
Un être quelconque ayant perdu son chemin
Se retrouve hélas! face à ces suppôts du malin
Que la mort très vite atténue sa douleur.

Qu'il n'aie pas le pauvre à supporter la flamme
Diabolique de leurs yeux rougeoyants
Qui sans pitié lui glacerait le sang
Et le pénétrerait jusqu'au fond de son âme.

Car là est bel et bien leur propos
L'accomplissement de leur sinistre devoir
Arracher votre âme et la trainer vers le noir
Abîme où siègent les séides infernaux.

Lorsqu'enfin arrivent les heures lumineuses
Et pleines d'innocence du petit matin
Lorsque la journée commence sur un ton serein
Bien loin déjà sont ces entités ténébreuses.

Entraînant avec elles au fond du gouffre
Leur horrible fardeau d'âmes en peine
Elles ont regagné le coeur de la Géhenne
Où parmi de suffocantes odeurs de souffre

Elles se rient et se gaussent de nous pauvres humains
Attendant patiemment que le soleil se couche
Pour de nouveau en hordes farouches
Venir trancher le fil de quelques destins.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysdor
La blondinette
avatar

Nombre de messages : 8564
Age : 22
Localisation : Qeynos
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   Lun 10 Nov - 0:34

GG ca me fait réver comme du Victor Hugo^^ le poème et le rp sont magnifiques :p
Nos hommes ont du talent ! :p

_________________
People who think they know everything are a great annoyance to those of us who do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hammett - Troubadour Aventurier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hammett - Troubadour Aventurier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ednoc le vertueux [Aventurier]
» Brennan Rox [Aventurier & Herboriste]
» Gurth Dum Hangus [Vendeur & Aventurier] [Validé]
» Nym Héliastori [ Aventurier / Ecrivain ][Validé]
» /!\Creation d'une guilde d'aventurier Hobbit/!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Larmes Du Soleil :: Les autres sujets :: Le coin des rôlistes :: Recueil-
Sauter vers: